IMANA NI NZIZA

Accueil » 2016 » juillet

Archives Mensuelles: juillet 2016

Indwi ya 18 yo mu mwaka : ku wa mbere (Années paires)

IGISOMWA CA MBERE

Ivyo dusoma mu gitabu c’Umuhanuzi Yeremiya (28, 1-17)

Muri uyo mwaka nyene, mu gihe Sedesiyasi umwami w’Ubuyuda yimikwa, ari wo mwaka wa kane, mu kwezi kwa gatanu, umuhanuzi Hananiya, mwene Hazuri, w’i Gibehoni, abarira Yeremiya aya majambo mu ngoro y’Umukama, imbere y’abaherezankuka n’abantu bose, ati: «Ng’iri iriyazwe n’Umukama, Nyeningabo, Imana y’Israyeli: Navunaguye umutwaro umwami wa Babiloni yabaremetseko! Hasigaye imyaka ibiri, ngaheza nkagarurira muri iki kibanza amatungo yose y’ingoro y’Umukama umwami w’i Babiloni Nabukodonozori yari yasahuye akayajana i Babiloni. Bisubiye kandi, nzogarukana muri iki kibanza Yekoniya, mwene Yehoyakimu, umwami w’Ubuyuda, be n’abantu b’Ubuyuda bose bari bajanyweko imbohe i Babiloni; – ni jewe Umukama mbivumereye; – kuko nzovunagura umutwaro umwami w’i Babiloni yabaremetseko!»
Umuhanuzi Yeremiya aca yishura umuhanuzi Hananiya, imbere y’abaherezankuka n’abantu bose bari mu ngoro y’Umukama, ati: «Amen! Umukama n’agire uko! Umukama n’arangure ivyo utuburiye ubu: n’akure i Babiloni amatungo y’ingoro y’Umukama be n’abatwaweko imbohe bose ngo abigarurire muri iki kibanza. Ariko rero, umva neza ayo ngomba kukubwira, wewe n’aba bantu bose: abahanuzi badutanze twempi kuva kera na rindi bama batuburira intambara, amapfa n’ikiza, ko bizotera ibihugu vyinshi n’intara zihambaye. Umuhanuzi atuburira ivy’amahoro na we akwiye kumenyekana nk’umuhanuzi yatumwe n’Umukama mu gihe ijambo ryiwe rizoba ritashe.»
Umuhanuzi Hananiya araheza akura kw’izosi ry’umuhanuzi Yeremiya wa mutwaro yari afise, arawuvunagura; araheza avugira imbere y’ishengero ryose ati: «Ng’iri irivumerewe n’Umukama: Hasigaye imyaka ibiri, ngaheza nkavunagura wa mutwaro umwami Nabukodonozori w’i Babiloni yabaremetseko, mu kuwukura kw’izosi ry’ibiguhu vyose.» Ivyo biheze umuhanuzi Yeremiya aca arigira.
Umuhanuzi Hananiya amaze kuvunagura wa mutwaro Yeremiya yari atwaye kw’izosi, Umukama abwira Yeremiya aya majambo ngo: «Genda ubwire ibi Hananiya: Ng’iri irivumerewe n’Umukama: umutwaro wavunaguye wari uw’ibiti gusa, ariko wasubije mu kibanza cawo umutwaro w’ivyuma. Koko, ng’iri ijambo Umukama Nyeningabo, Imana y’Israyeli, avumereye: umutwaro w’ivyuma ni wo ndemetse ubu kw’izosi ry’ibihugu vyose, kugira ngo bagamburukire imwami Nabukodonozori w’i Babiloni. Ibihugu vyose bizomugamburukira kandi ndamuhaye ubukuru bwo kuganza n’ibikoko nyene vyo mw’ishamba.»
Umuhanuzi Yeremiya agenda kubwira umuhanuzi Hananiya ati: «Umve neza, Hananiya: Umukama si we yagutumye, ariko uriko urahendahenda aba bantu ngo baze bemere ibinyoma. Ni co gituma Umukama avumereye ati: Ndakwirukanye, uve kw’isi; uyu mwaka nyene uzopfa, kuko wigishije abantu kugarariza Umukama.» Ni uko rero umuhanuzi Hananiya yaciye apfa muri uyo mwaka nyene mu kwezi kw’indwi.

IZABURI 118 (119) 29.43, 79-80, 95.102

Icit : Mana yanje, n’unyigishe amategeko yawe.

Nkingira inzira y’ibinyoma,
ungabire amategeko yawe.
Ntunkure mu kanwa ijambo ry’ukuri,
kuko nizigiye ingingo yawe.

Abakwubaha bakemera amategeko yawe,
nibigire hino tuyage.
Ese umushaha wanje utotirimuka ku vyo ushaka,
niho ntokwigera nteterwa.

Ababisha n’aho bandonderera akabi,
jeho ndazirikana isezerano ryawe.
Ingingo yawe sindayirengagiza,
kuko ari Wewe unyigisha.

INKURU NZIZA

Aleluya, aleluya.

Umuntu ntatungwa n’indya gusa,
ariko atungwa n’ijambo ryose riva mu kanwa k’Imana.

Aleluya.

Mu mwaka « A », iyo Inkuru nziza y’lgwizwa ry’imikate yasomwe kw’Idominika ya 18, ni ho boshobora gusoma uyu musi Inkuru nziza yagenewe ku wa kabiri. Bibaye ngombwa rero, muzoyiraba mw’Ijambo ryo ku musi wa kabiri nyene, aha tuhanditse iyo ku wa mbere.

Ivyo dusoma mu Nkuru nziza ya Yezu Kristu nk’uko yashikirijwe na Matayo (14,13-21)

Yezu yumvise ko bishe Yohani Batista, aja mu bwato yigira ahantu hiherereye mu gahinga ka nyaganande; abantu baba mu bisagara vyegereye ako gahinga ngo bavyumve, bamusangayo. Avuye mu bwato abona ishengero rinini cane, bimutera ikigongwe, aca akiza abarwaye bose.
Abigishwa babonye buriko burira, begera Yezu bamubaza bati: «Aha hantu ni mu gahinga kandi burije, rungika abo bantu, baje mu mihana kugura ivyokurya.» Ariko Yezu abishura ati: «Nta kibajana, namwe nimubahe ivyo barya.» Na bo bati: «Nta kintu dufise ngaha, ndetse imikate itanu n’ifi zibiri.» Ababwira ati: «Binzanire.»
Ahejeje kubwira ishengero ngo ryicare hasi, yakira ya mikate na za fi zibiri, arangamiye hejuru arabihezagira: hanyuma amanyagura imikate, ahereza abigishwa biwe, na bo bahereza ishengero. Bose bararya barahaga, begeranije ivyo basigaje, buzuza ibisimbo cumi na bibiri. Igitigiri rero c’abantu bari bariye cari ibihumbi bitanu vy’abagabo, havuyemwo abagore n’abana.

Dix-huitième dimanche du temps ordinaire, année C : Commentaire

Les lectures proposées pour célébrer la Sainte Messe

  • Qohelet 1, 2 ; 2, 21-23
  • Psaume 89 (90) 3-4, 5-6, 12-13, 14.17
  • Colossiens 3, 1-5. 9-11
  • Luc 12, 13-21

Commentaire

Tout coule, tout change (Héraclite d’Éphèse)

Que les philosophes m’excusent car je ne vais pas faire de la philosophie. Que les théologiens aussi m’excusent. En lisant les lectures qui nous ont été proposées aujourd’hui, je me suis rappelé de cette phrase d’Héraclite d’Éphèse qui a dit : « Τα Πάντα ῥεῖ », « Tout coule » dans le sens de « Tout passe ». C’est à peu-près cela que nous avons entendu de Qohélet qui a dit que « tout est vanité » (Qo. 1, 2). Le psalmiste l’a bien dit en chantant : « Je lève mes yeux vers les montagnes… D’où le secours me viendra-t-il ? » (Ps. 121, 1). A cette question, il a tout de suite répondu en disant : « Le secours me vient du Seigneur qui a fait les cieux et la terre. » (Ps. 121, 1). Par-là, il entendait dire que rien d’autre ne peut être le fondement de l’espoir des humains, si ce n’est le Seigneur qui dirige toutes choses, les Seigneur tout-puissant, source de la vie, vers qui nous allons, pour qui nous et par vivons et vivrons … Nos frères pentecôtistes l’ont aussi bien chanté (en Kirundi), quand ils ont dit que « Le corps change, l’honneur finit, toutes les choses de ce monde finiront, mais Jésus ne change pas », après quoi ils ont ajouté : « Je choisis seul Jésus, c’est lui qui me suffit tous les jours de ma vie, toutes les autres choses sont vanités, mais Lui ne change pas. »
Chers amis, que tout change et coule, et que par conséquent notre cœur ne doit pas être détourné du bon chemin par les richesses ou d’autres choses de ce monde, je pense que cela ne devrait pas être l’objet d’un long discours, car la vie quotidienne le fait voir. Il suffirait d’ouvrir les yeux et observer, on s’en rendrait compte. Qui ne sait pas que quand on naît, on devra mourir un jour ? Qui n’a jamais vu des commerçants très riches pendant quelques années perdre leurs richesses un jour ? Qui n’a jamais vu des personnes bien portantes tomber malades et devenir handicapées ? Qui n’a jamais vu des personnes honorées par tous devenir tout d’un coup objets de malédiction ? Qui n’a jamais vu des personnes très puissantes être jetées en prison, une fois fini ce qui les rendaient telles ? Pourquoi parler seulement de celui qui a vu ? Interrogeons aussi l’histoire, elle nous le dira : On dit qu’avant la deuxième guerre mondiale (1939-1945), Hitler croyait que son pays était le plus puissant de tous les pays du monde. Mais il été vaincu ! On disait, une fois, que les États-Unis d’Amérique avaient pour rival seulement l’ex-URSS. Je ne sais pas si c’est le cas maintenant ! On disait, une fois, que personne ne pouvait faire exploser une bombe sur le territoire des USA. Je ne sais pas si c’est le cas maintenant ! On pensait que les pays européens étaient majoritairement plus riches que les autres. Je ne sais pas si c’est encore le cas ! On pourrait ajouter d’autres exemples. Et si je cite ces choses, chers amis, ce n’est pas pour dire que c’est bon. Je les cite pour que nous en prenions conscience et que puissions ouvrir les yeux pour voir qu’il n’y a aucune chose de ce monde qui doit occuper outre-mesure notre cœur.
JésusC’est pourquoi Jésus nous enseigne toujours à nous garder avec soin de toute avarice en précisant que la vie d’un homme ne dépends pas de ses biens, fût-il dans l’abondance (Lc. 12, 15). En lisant l’évangile que nous venons de citer, on penserait que Jésus refuse de faire justice alors qu’il est maître de justice, qu’il donne une réponse inadéquate. Loin de là. Ici le contexte est autre. Il voulait enseigner ses auditeurs comment il ne faut pas être liés par la possession des biens et oublier le Règne de Dieu. Car, si quelqu’un vit ainsi, il peut commettre toutes sortes de péchés. Sur ce point, certains chrétiens, en invoquant le Saint-Esprit, se sont bien exprimés en disant que certaines personnes acceptent de commettre des péchés pour être riches en biens matériels. C’est cela que Jésus veut éradiquer en nous, car après avoir accumulé péché sur péché, on finira par mourir, et si l’on meurt en état de péché, qu’est-ce qu’on aura gagné ?
Prions donc les uns pour les autres afin que l’Esprit nous illumine et que nous trouvions le mode juste d’user les biens de ce monde.

Je vous souhaite Bon Dimanche !

%d blogueurs aiment cette page :