IMANA NI NZIZA

Accueil » Méditations » Vingt-deuxième dimanche du temps ordinaire, année C : commentaire

Vingt-deuxième dimanche du temps ordinaire, année C : commentaire

Catégories

NOTES AUX VISITEURS

Vous qui visiterez ce blog, vous y trouverez beaucoup de choses qui vous aident à améliorer vos connaissances en matière de vie spirituelle. Nous ne doutons pas que vous en ayez beaucoup d’autres à partager avec nous . Au cas où vous constateriez une erreur (ce qui n’est ni envisagé ni souhaité) vous êtes priés de nous le signaler. Au cas où vous n’en trouveriez aucune, votre contribution reste toujours la bienvenue.

Appelez au numéro qui vous est donné ou écrivez à l’adresse qui vous est indiquée ci-après pour plus d’informations :

Tél: +39.3774566710 ou +25779878480
e-mail: yohani.karabudiyo@gmail.com


Les lectures proposées pour célébrer la sainte messe

Siracide 3, 19-21.30-31
Psaume 67 (68) 4-5ac. 6-7b. 10-11
Hébreux 12, 18-19.22-24a
Luc 14, 1.7-14

Commentaire

Il m’a semblé que la Parole de Dieu que l’Église nous a proposée aujourd’hui veut nous enseigner à être humbles. Dans la première lecture, nous avons entendu qu’il a été dit : « Humilie-toi d’autant plus que tu es grand, et tu trouveras grâce devant le Seigneur. » (Sir. 3,18). Dans l’Évangile, nous avons entendu presque la même chose. Jésus a dit : « Quand tu seras invité par quelqu’un à un repas de noces, ne te mets pas à la première place. » (Lc. 14,8). Et il a ajouté que « Quiconque s’élève seras abaissé et quiconque s’abaisse sera élevé. » Ce que dit le Seigneur une vérité pure. Nous pouvons l’expérimenter dans notre vie quotidienne. Plus quelqu’un est orgueilleux, ce qui est contraire à l’humilité, plus il repousse les gens, moins il est aimé, moins il est estimé. Plus quelqu’un s’humilie, même s’il est puissant, plus les personnes l’aiment, plus les personnes s’approchent de lui. À ce sujet, qu’on m’excuse, je voudrais donner un exemple : le Pape François, au début de son pontificat, quand il a demandé au peuple de le bénir et quand il nous a demandé de prier pour lui, les fidèles ont commencé à dire tout de suite qu’il est humble et presque tous disaient en Italien : « Mi piace questo Papa ! », ce qui veut dire : « Ce Pape me fait plaisir ! ». Vous pouvez trouver d’autres exemples dans votre vie. Centrons donc notre méditation sur l’humilité, tirons-en une leçon.

Qu’est-ce que l’humilité ?

Le mot « humilité » vient du latin « humilitas, humilitatis » qui, lui-même vient de « humus » qui signifie « terre ». Elle est comme une sorte de prise de conscience de sa condition et de sa place au milieu des autres et de l’univers. Celui qui a cette vertu a le sentiment de ne pas être grand-chose, d’être petit par rapport au monde qui nous entoure. Il ne se place pas au-dessus des choses ou des autres et respecte ce dont la providence nous a gratifié.
Selon Saint Dorothée de Gaza, « il y a deux sortes d’humilité. La première consiste à tenir son frère pour plus intelligent que soi et supérieur en tout. »[1] Et nous, nous comprenons par-là que si quelqu’un a ce genre d’humilité, il ne méprisera pas son prochain comme nous le faisons toujours, il saura donner du respect aux autres. Combien de péchés commettons-nous par manque de respect aux autres ? Combien de péchés commettons-nous par manque de respect de la vie humaine ? Je pense que chacun peut faire son examen de conscience, il trouvera qu’ils sont nombreux !
« La seconde espèce d’humilité, c’est d’attribuer à Dieu les bonnes œuvres. Telle est la parfaite humilité des saints. Elle naît naturellement dans l’âme de la pratique des commandements. »[2] Tous les péchés, nous le savons, naissent du refus de pratiquer les commandements. C’est pourquoi l’humilité est nécessaire pour la vie d’un chrétien.

L’humilité dans notre vie

Umushaha wa Yezu

Umushaha wa Yezu

Elle nous a été proposée à maintes reprises comme vertu qui nous permettra d’hériter le Royaume de Dieu. En effet, le Christ dit : « Heureux les humbles, car le royaume des cieux est à eux. » (Mt. 5, 3). Et ailleurs : « Je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux. » (Mt. 18,3). Être comme des petits enfants signifie être humble. Non seulement Jésus enseigne l’humilité par les paroles, mais aussi il l’incarne : « Prenez sur vous mon joug, et recevez mes leçons : car je suis doux et humble de cœur. » (Mt. 11,29). Et si nous contemplons sa vie, nous voyons qu’il a toujours été humble. C’est pourquoi, même ceux qui l’ont suivi, ses disciples bien-aimés, nous enseignent eux aussi l’humilité. Saint-Dorothée de Gaza que nous avons récemment cité a dit : « Avant tout, dit le vieillard, nous avons besoin de l’humilité, et devons être prêts à dire : Pardon ! »[3]  Comme nous le voyons, il parlé de l’humilité qui nous pousse à demander pardon. C’est une bonne chose ! À qui demandons-nous pardon ? D’abord à Dieu, mais aussi à nos frères. Sans pardon, la vie serait impossible. Par l’humilité, nous accomplissons beaucoup d’autres biens tout en évitant beaucoup d’autres maux.

Donnons-en quelques exemples :

  • Par l’humilité, en plus d’être capables de demander pardon, nous sommes aussi capables de pardonner, parce que nous ne jugeons plus nos frères en disant qu’ils nous ont méprisés, et que si nous leur pardonnons ce serait du mépris, nous en perdrons l’honneur.
  • Par l’humilité, nous sommes capables d’écouter Dieu, mais aussi nos frères. Et nous savons que par l’écoute se manifeste aussi la charité !
  • Par l’humilité, nous évitons l’orgueil intellectuel. Combien de péchés commettons-nous en fait contre nos frères en disant des mensonges à leur sujet, en refusant de leur rendre tel ou tel autre service parce que nous pensons qu’ils n’en ont pas besoin, et même en les haïssant, parce que nous n’avons pas eu l’humilité de leur demander ce qui les concerne, nous avons jugés tout selon les apparences, tout en prétendant tout savoir ? On peut même effacer une vie, si par exemple on est médecin et qu’on n’a pas été humble pour accepter ses limites, alors que si on transférait la personne, elle serait guérie par un collègue !
  • Par l’humilité, nous sommes capables de rendre des services aux gens, même les plus répugnants !
  • Par l’humilité, nous sommes capables d’accueillir des personnes chez nous sans penser qu’elles vont souiller nos maisons ou nos places, et ainsi nous mettons en pratique l’Évangile qui nous demande d’inviter les pauvres.
  • Par l’humilité, nous renonçons à la course aux richesses et aux honneurs, et ainsi nous évitons tous les maux liés à ce phénomène. Que de guerres sur la terre qui emportent beaucoup de vies à cause du manque d’humilité !
  • Par l’humilité, nous surmontons la tentation du découragement, et ainsi, malgré les problèmes de la vie, nous vivons dans la paix et la sérénité parce que, comme Saint-Paul, nous savons en qui nous avons mis notre foi (2 Tm. 1, 12).

Chers amis, ceux-ci ne sont que des exemples que je donne. Vous pouvez vous-mêmes allonger la liste. Prions les uns pour les autres, afin que l’Esprit-Saint emplisse nos cœurs, que nous écoutions la voix du Christ qui nous enseigne à être humbles. Nous n’en perdrons rien, mais au contraire, notre vie sera consolidée, et nous vivrons dans la paix.

Je vous souhaite Bon Dimanche !

Références

[1] Dorothée de Gaza, Œuvres spirituelles, 2, 33, linn. 1-2 (SC 98, 197).
[2] Ibid.2, 33, linn. 4-7 (SC 98, 197).
[3] Ibid. 2, 26, linn. 1-3 (SC 92, 187).


Un commentaire

  1. […] Vingt-deuxième dimanche du temps ordinaire, année C : commentaire […]

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Le Symbole de Nicée-Constantinople

Πιστεύμεν εἰς ἕνα θεὸν πατέρα παντοκράτορα, ποιητὴν οὐρανοῦ καὶ γῆς, ὁρατῶν τε πάντων καὶ ἀοράτων. καὶ εἰς ἕνα κύριον Ἰησοῦν Χριστόν, τον υἱὸν τοῦ θεοῦ τὸν μονογενῆ, τὸν ἐκ τοῦ πατρὸς γεννηθέντα πρὸ πάντων τῶν αἰώνων, φῶς ἐκ φωτός, θεὸν ἀληθινὸν ἐκ θεοῦ ἀληθινοῦ, γεννηθέντα, οὐ ποιηθέντα, ὁμοούσιον τῷ πατρί, δι’ οὗ τὰ πάντα ἐγένετο· τὸν δι’ ἡμᾶς τοὺς ἀνθρώπους καὶ διὰ τὴν ἡμετέραν σωτηρίαν κατελθόντα ἐκ τῶν οὐρανῶν καὶ σαρκωθέντα ἐκ πνεύματος ἁγίου καὶ Μαρίας τῆς παρθένου καὶ ἐνανθρωπήσαντα, σταυρωθέντα τε ὑπὲρ ἡμῶν ἐπὶ Ποντίου Πιλάτου καὶ παθόντα καὶ ταφέντα καὶ ἀναστάντα τῇ τρίτῃ ἡμέρᾳ κατὰ τὰς γραφάς, καὶ ἀνελθόντα εἰς τοὺς οὐρανούς, καὶ καθεζόμενον ἐκ δεξιῶν τοῦ πατρός, καὶ πάλιν ἐρχόμενον μετὰ δόξης κρῖναι ζῶντας καὶ νεκρούς· οὗ τῆς βασιλείας οὐκ ἔσται τέλος. Καὶ εἰς τὸ πνεῦμα τὸ ἁγιον, τὸ κύριον, τὸ ζωοποιόν, τὸ ἐκ τοῦ πατρὸς ἐκπορευόμενον, τὸ σὺν πατρὶ καὶ υἱῷ συμπροσκυνούμενον καὶ συνδοξαζόμενον, τὸ λαλῆσαν διὰ τῶν προφητῶν. Εἰς μίαν, ἁγίαν, καθολικὴν καὶ ἀποστολικὴν ἐκκλησίαν. ὁμολογοῦμεν ἕν βάπτισμα εἰς ἄφεσιν ἁμαρτιῶν, προσδοκῶμεν ἀνάστασιν νεκρῶν καὶ ζωὴν τοῦ μέλλοντος αἰῶνος. ἀμήν.

%d blogueurs aiment cette page :