IMANA NI NZIZA

Accueil » Méditations » Le 14 août : La veille de la fête de l’Assomption de la Vierge Marie, premier commentaire

Le 14 août : La veille de la fête de l’Assomption de la Vierge Marie, premier commentaire

Catégories

NOTES AUX VISITEURS

Vous qui visiterez ce blog, vous y trouverez beaucoup de choses qui vous aident à améliorer vos connaissances en matière de vie spirituelle. Nous ne doutons pas que vous en ayez beaucoup d’autres à partager avec nous . Au cas où vous constateriez une erreur (ce qui n’est ni envisagé ni souhaité) vous êtes priés de nous le signaler. Au cas où vous n’en trouveriez aucune, votre contribution reste toujours la bienvenue.

Appelez au numéro qui vous est donné ou écrivez à l’adresse qui vous est indiquée ci-après pour plus d’informations :

Tél: +39.3774566710 ou +25779878480
e-mail: yohani.karabudiyo@gmail.com


LES LECTURES PROPOSÉES POUR CÉLÉBRER LA SAINTE MESSE

    • 1 Chroniques 15, 3-4. 15-16 ; 16, 1-2
    • Psaume 131 (132) 9-10, 13-14
    • 1 Corinthiens 15, 54b-57
    • Luc 11, 27-28

COMMENTAIRE

Chers frères et sœurs,
Nous voici arrivés à la veille de la fête de l’Assomption de la Vierge Marie. De nouveau, rendons grâces à Dieu pour le don de la Parole et de la Vierge Marie, notre Mère. Rendons-lui grâces aussi pour tous les autres biens qu’il nous donne.
Aujourd’hui, je voudrais vous proposer la méditation sur deux choses :

      • Marie, nouvelle arche de l’Alliance
      • La béatitude de Marie et la nôtre

Marie est la nouvelle Arche de l’Alliance

Je pense que je ne suis pas le premier à dire cela, je pense aussi que ce n’est pas la première fois que vous entendez parler de Marie comme nouvelle Arche d’Alliance. Ici nous ne faisons qu’un rappel, parce que cette Arche d’Alliance est très importante pour nous chrétiens, de même que l’Alliance, puisque c’est nous qui sommes le nouveau peuple de Dieu, le nouvel Israël, avec qui Dieu fait Alliance. Il a fait l’Ancienne Alliance avec nos ancêtres dans la foi, et quand les temps furent accomplis, il a fait une nouvelle Alliance avec tous les peuples de la terre. Et s’il m’est permis d’emprunter le langage à Saint-Paul Apôtre, Dieu, par le sang de la Croix du Christ, « a voulu réconcilier tout avec lui-même,  tant ce qui est sur la terre que ce qui est dans les cieux. » (Col. 1, 20). Voilà combien cette Alliance nous est très importante : nous avons été réconciliés avec Dieu !

Posons-nous une question : Qu’est-ce que l’Arche d’Alliance ? Nous retrouvons son histoire dans la Bible, citons par exemple le livre d’Exode. Elle s’inscrivait dans le projet de préparation du Sanctuaire pour Dieu. Elle fut construite sur l’ordre de Dieu qui parla à Moïse en ces termes :

Ils feront un coffre en bois d’acacia. Sa longueur sera de cent-vingt-cinq centimètres, sa largeur et sa hauteur de soixante-quinze centimètres.
Tu le couvriras d’or pur, à l’intérieur et à l’extérieur, et tu lui feras une bordure d’or tout autour. Tu fondras pour lui quatre anneaux en or et tu les mettras à ses quatre coins, deux d’un côté et deux de l’autre. Tu feras des barres en bois d’acacia, que tu couvriras d’or. Tu passeras les barres dans les anneaux sur les côtés du coffre, pour qu’elles servent à son transport. Les barres resteront dans les anneaux du coffre et n’en seront pas retirées. Tu mettras dans cette arche le témoignage que je te donnerai.
Tu feras un couvercle en or pur. Sa longueur sera de cent-vingt-cinq centimètres, et sa largeur de soixante-quinze centimètres. Tu feras deux chérubins en or, en or battu, aux deux extrémités de ce propitiatoire.
Fais un chérubin à l’une des extrémités et un chérubin à l’autre extrémité. Vous les ferez sortir du propitiatoire à ses deux extrémités. Les chérubins étendront les ailes par-dessus le propitiatoire, ils le couvriront de leurs ailes et se feront face l’un à l’autre; ils auront le visage tourné vers ce couvercle. Tu mettras le propitiatoire sur le coffre et tu mettras dans cette arche le témoignage que je te donnerai. C’est là que je te rencontrerai; du haut du propitiatoire, entre les deux chérubins placés sur l’arche du témoignage, je te donnerai tous mes ordres pour les Israélites.[1]

Comme nous le voyons, l’Arche devait contenir les commandements du Seigneur, donc sa parole. Elle devait aussi être le lieu de la présence de Dieu.
Dans la Bible, des textes qui parlent de l’Arche d’Alliance abondent, nous ne pouvons pas le citer tous. Voyons maintenant en quoi Marie peut être comparée à l’Arche de l’Alliance :
Celle-ci contenait la Parole de Dieu écrite (Dt. 10, 5), celle-là contenait la Parole de Dieu qui s’est fait chair (Jn. 1, 1). Celle-ci était recouverte d’une nuée de gloire et présence de l’Éternel (Ex. 40, 34-35), celle-là a été couverte de l’ombre de la puissance du Très-Haut (Lc. 1, 35). Celle-ci contenait la manne de Dieu (Hé. 9, 4), celle-là portait le Pain vivant qui est descendu du ciel (Jn. 6, 48-52). Les deux contenaient la puissance sacerdotale (He. 9, 4 ; 6, 20 ; 9, 11 ; Nb. 17).
Sans devoir donc nous attarder sur ces textes qui sont nombreux, nous disons avec beaucoup d’autres qui l’ont déjà dit, que Marie est l’Arche de la Nouvelle Alliance, en qui repose la béatitude. Voyons maintenant en quoi consiste le bonheur de Marie.

En quoi consiste le bonheur de la Vierge Marie et le nôtre ?

Icône de la Vierge Marie à Riccione

Nous dirions tout de suite : « Parce qu’elle est au Ciel, elle participe à la gloire de son Fils, elle été assumée corps et âme, etc. » Mais avant cela, il y a une chose que Jésus nous a révélée. Après avoir chassé un démon et après avoir enseigné quelque chose à propos de la possession par des démons, une femme s’est exclamée, nous dit l’Évangile, en disant : « Heureuse la mère qui t’a porté dans ses entrailles, et qui t’a nourri de son lait ! » (Lc. 11, 27). Mais Jésus répondit en disant : « Heureux plutôt ceux qui entendent la parole de Dieu, et qui la gardent ! » (Lc. 11, 28). Est-ce à dire que Marie n’était pas heureuse ? Sûrement pas ! Est-ce qu’elle a commencé à être heureuse quand elle est entrée au ciel ? Sûrement pas ! Parce que son Assomption au ciel a été le fruit d’une longue histoire. Elle a été assumée au ciel parce qu’elle avait gardé la Parole de Dieu et l’avait mise en pratique : « Je suis la servante du Seigneur, disait-elle, qu’il me soit fait selon ta parole ! » (Lc. 1, 38). Et par elle, le salut entra dans notre monde. Elle ne pouvait pas ne pas être sauvée alors que c’est par elle que le Sauveur s’incarna. Nous aussi, si nous aimons notre Mère que Dieu nous a donnée, si nous l’imitons, nous allons être comme elle : nous serons appelés « bienheureux » parce que nous écoutons la Parole de Dieu et nous la mettons en pratique.

Bonne fête !

Notes et références

[1] Ex. 25, 10-22.


Un commentaire

  1. […] Le 14 août : La veille de la fête de l’Assomption de la Vierge Marie, premier commentaire […]

    J'aime

Répondre à Ku wa 15 Myandagaro : Iyurizwa mw’ijuru rya Bikira Mariya (Ku mugoroba urongora uwo musi) « IMANA NI NZIZA Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Le Symbole de Nicée-Constantinople

Πιστεύμεν εἰς ἕνα θεὸν πατέρα παντοκράτορα, ποιητὴν οὐρανοῦ καὶ γῆς, ὁρατῶν τε πάντων καὶ ἀοράτων. καὶ εἰς ἕνα κύριον Ἰησοῦν Χριστόν, τον υἱὸν τοῦ θεοῦ τὸν μονογενῆ, τὸν ἐκ τοῦ πατρὸς γεννηθέντα πρὸ πάντων τῶν αἰώνων, φῶς ἐκ φωτός, θεὸν ἀληθινὸν ἐκ θεοῦ ἀληθινοῦ, γεννηθέντα, οὐ ποιηθέντα, ὁμοούσιον τῷ πατρί, δι’ οὗ τὰ πάντα ἐγένετο· τὸν δι’ ἡμᾶς τοὺς ἀνθρώπους καὶ διὰ τὴν ἡμετέραν σωτηρίαν κατελθόντα ἐκ τῶν οὐρανῶν καὶ σαρκωθέντα ἐκ πνεύματος ἁγίου καὶ Μαρίας τῆς παρθένου καὶ ἐνανθρωπήσαντα, σταυρωθέντα τε ὑπὲρ ἡμῶν ἐπὶ Ποντίου Πιλάτου καὶ παθόντα καὶ ταφέντα καὶ ἀναστάντα τῇ τρίτῃ ἡμέρᾳ κατὰ τὰς γραφάς, καὶ ἀνελθόντα εἰς τοὺς οὐρανούς, καὶ καθεζόμενον ἐκ δεξιῶν τοῦ πατρός, καὶ πάλιν ἐρχόμενον μετὰ δόξης κρῖναι ζῶντας καὶ νεκρούς· οὗ τῆς βασιλείας οὐκ ἔσται τέλος. Καὶ εἰς τὸ πνεῦμα τὸ ἁγιον, τὸ κύριον, τὸ ζωοποιόν, τὸ ἐκ τοῦ πατρὸς ἐκπορευόμενον, τὸ σὺν πατρὶ καὶ υἱῷ συμπροσκυνούμενον καὶ συνδοξαζόμενον, τὸ λαλῆσαν διὰ τῶν προφητῶν. Εἰς μίαν, ἁγίαν, καθολικὴν καὶ ἀποστολικὴν ἐκκλησίαν. ὁμολογοῦμεν ἕν βάπτισμα εἰς ἄφεσιν ἁμαρτιῶν, προσδοκῶμεν ἀνάστασιν νεκρῶν καὶ ζωὴν τοῦ μέλλοντος αἰῶνος. ἀμήν.

%d blogueurs aiment cette page :