IMANA NI NZIZA

Accueil » 2018 » janvier

Archives Mensuelles: janvier 2018

Idominika ya 4 yo mu mwaka B : inyigisho

IBISOMWA VYATEGEKANIJWE MU GUHEREZA INKUKA Y’IMISA

  • Ukwibutsa Amategeko 18, 15-20
  • Izaburi 94, 1-2. 6-7. 8-9
  • 1 Abanyakorenti 7, 32-35
  • Mariko 1, 21-28

INYIGISHO

Dutumiriwe kwumviriza abahanuzi Imana iturungikira

Umushaha wa Yezu

Bavukanyi muri Kristu,
Turasubiriye gukoranira ngaha ngo tuzirikane Ijambo Imana itubwiye uyu musi. Nitwame tuyikengurukira kuko ituyagira, kandi nitwame tuyikengurukira no ku bindi vyiza vyose yama itugirira kubera urukundo rwayo. Irakaninahazwa ubu no mu myaka yose! Ku musi w’Imana uheze, Imana yadusavye kwisubirako, tugahinduka, tukigenza neza. Uyu musi na ho turumvise ko idusavye kwumviriza abahanuzi iturungikira, ari na kwo kuyumviriza yo nyene. Ego cane turakwiye kwumviriza, kuko ukwimviriza neza Imana ituyagira, ari kimwe mu bimenyetso vy’uguhinduka nyakuri. Erega iyo udashoboye kwumviriza umuntu ariko aravuga, ivyo bisigura ko utaba wamukunze, kuko uwo ukunda, umwumvirizanya akanyamuneza n’umwete mwinshi. No ku Mana ni uko nyene, ni co gituma mpejeje kuvuga ko ukwumviriza Imana ituyagira ari ikimenyetso c’uguhinduka nyakuri.
Mbega Imana tuyumvirize gute? Mu gisomwa ca mbere twumvise ko Musa yabwiye Bene Israyeli ati: «Umukama Imana yawe azokugenera umuhanuzi nkanje, amukuye iwawe, muri benewanyu. Ni we muzokwumviriza.» (Amategeko 18, 15). Musa avuga ivyo, abanje kubabuza ibindi bintu bigirwa mu bindi bihugu: ngo ntihaze haboneke umuntu aturira umuhungu wiwe canke umukobwa wiwe nk’ishikanwa, apfumura, agendereza, aragura canke aroga, umugunditsi, uwuhanuza imizimu canke rumenyi n’uwuhanuza abapfuye. (Amategeko 18, 10). Kugira ben’ivyo bintu, ni ukutizera Imana kandi ni ukuyibabaza. Ukuvyirinda na kwo, ni ukuyizera, ukemera ko ari yo izi imisi yawe kandi ari yo igenza ubuzima bwawe. Mwumva ga yemwe bitajanye rwose n’ijambo ry’uguhinduka? Dutumiriwe rero kwizera Imana, tukayitura, tugatungwa n’Ijambo ryayo dukura mu bitabu vyeranda, ariko kandi tukaribwirwa n’abo idutumyeko. Abo na bo ni bande?

Umuhanuzi asa na Musa

Twumvise ko Musa yavuze «umuhanuzi ameze nka we.» Ubu rero turabe uwo ari we, ni na ho twoshobora kumenya n’abandi. Nk’uko tubibona dusomye Bibiliya, uwo muhanuzi ameze nk’abandi bahanuzi bose bazogenda barakurikirana muri Israyeli, bakavuga iryo batumwe n’Imana. Mbere Imana iraheza igatanga n’ikimenyetso kuri uwo wese yogira amakenga, yibaza ingene yomenya abavugira Imana n’abatayivugira, iti : «Umuhanuzi niyavuga kw’izina ry’Umukama, maze ico yavuze ntigishike canke ngo kiranguke, rizoba ari ijambo ritavuzwe n’Umukama, uwo muhanuzi azoba yavuze ivyo yiyadukaniye, ntuze umutinye.» (Amategeko 18, 22).
Tutumye muri Bibiliya nyene, ariko tukongera tukaja ahandi, dusanga mu vy’ukuri, uwo muhanuzi ameze nka Musa, mbere anamusumvya, ari Yezu kristu. Ni we dukunze kwita «Musa mushasha». Muti: «kuki?»  Bene Israyeli barigeze kuba biteze umuhanuzi w’agakura, asumba abandi, azogenza igihugu cose nk’uko Musa yabigenjeje. Aho Yohani Batista aziye rero, baca bagira ngo ni we, ariko turazi ko yabibahakaniye, ca gihe bamubaza bati: «Uri wa muhanuzi?» (Yoh. 1, 21). Abo rero n’aho bamwihenzeko, abigishwa ba Yezu, n’Ekleziya nzima, bo barategereye ko uwo muhanuzi agenza bose nk’uko Musa yabigize ari Yezu Kristu. Mu nyuma na ho, yarashizeho n’abandi bahanuzi, aca ababwira ati: «Uwubumviye aba yumviye jewe nyene, uwubankiye aba yankiye jewe nyene, uwunyankiye na we aba yankiye Uwantumye.» (Luka 10, 16). Abo na bo ni bande ga yemwe?

Abahanuzi twamana mu buzima bwacu bwa misi yose

Tubisomye mu Nkuru nziza ya Yezu Kristu nk’uko yashikirijwe na Luka, dusanga igihe Yezu yavuga ati : «Uwubumviye aba yumviye jewe nyene, uwubankiye aba yankiye jewe nyene, uwunyankiye na we aba yankiye Uwantumye», yari ahejeje guha ubutumwa abandi bigishwa 72 (canke 70), atari ba bandi 12 gusa. Yagiriyeko ahambarira ibisagara bitamwakiriye. No mu Nkuru nziza yashikirijwe na Matayo nyene aravuga ibintu bisa n’ivyo. Duca twumva rero ko abahanuzi twamana mu buzima bwacu bwa misi yose, kuko iryo jambo ritari ryerekeye bamwe 12 gusa… Kira noneho! N’igihe twabatizwa, uwatubatije yavuze ko Imana idusize amavuta meranda kugira ngo tube ingingo za Kristu, we yama ari umuherezankuka, umuhanuzi n’umwami. None rero dufatiye kuri ivyo vyose, abahanuzi turamana: aho tuba, kw’ishure, aho dukorera akazi kacu ka misi yose, aho tugendera, aho turi hose. None ubwo turumviriza abo Imana idutumako bose? Ntitubanebagura? Ntitubacamwo imigwi, tukumviriza bamwe dufatiye kuri iki canke kiriya, abandi bavuga tugapfunga amatwi? Aha umwe wese ariha inyishu. Ariko Imana yo idusaba kwumviriza, kandi namaze kuvuga ko kwumviriza ari kimwe mu bimenyetso vy’urukundo. Nitwaba dukunda Imana rero, duhamagariwe kuyumviriza tutabanje kuraba ngo yaciye mu buryo ubu canke buriya, kuri aba canke bariya, ahandi ho tuzosanga turi ababeshi.

Nitwemere kwigishwa na Yezu Kristu, we Mwigisha n’Umukiza wacu

Mu Nkuru nziza twasomye uyu musi, twumvise ko mw’isinagoga «abantu bikugura inyigisho yiwe, kuko yabigisha nk’uwufise ubukuru, atari nk’abanditsi.» (Mariko 1, 22). Aba rero mu kwigisha, bagenda barasubiramwo bongera basigura inyigisho zitari izabo bwite. Mbere n’abandi bahanuzi, bagira nk’uko nyene. Ni co gituma dukunda gusanga batangura bavuga bati : «Ng’uku uko Umukama Imana avuze» (Ezekiyeli 33, 27), bakabona rero kuvuga ibikurikira. Ariko Yezu Kristu we, ariko aravuga ijambo, ararishimangira akerekana ko ari we nyene arivuze, ati : «Jeho rero ndababwiye nti» (Matayo 5, 44), agaca abandanya. Aratwigishanya ubukuru nyene, kuko arabufise, na none asanzwe ari Imana nk’uko we nyene avyivugira, aho yabwira Imana Se wiwe ati: «Amajambo wampaye narayabashikirije, na bo barayakira, baramenya vy’ukuri ko namuka kuri wewe bongera baremera ko ari wewe wantumye» (Yoh. 17, 8), canke ati: «Erega, ivyanje vyose ni ivyawe kandi ivyawe vyose ni ivyanje» (Yoh. 17, 10). Hari uwundi yobwira Imana nk’uko atariko arishima? Kira noneho, mweho ndazi ko mudakekereza ko Yezu Kristu ari Imana, no mu kanya kaza ndazi ko duhava tuvuga ko tuvyemera. Hanyuma twumvise ko ahejeje kwigisha, yagiriyeko akiza umuntu.
None rero bavukanyi, nimuze dukurikire Umwigisha n’Umukiza wacu. Azotwigisha yongere adukize ivyo vyose biduhagarika umutima, aduhe ubuzima bwiwe. Turi kumwe na We, tuzokwigisha abantu twongere tubakize; n’amashetani azohunga. Muhava mumbwira muti: «Erega twebwe ntituri abakangashetani.» Ariko muri bo koko! Mushaka ndabereke ko muri bo? Erega ukwirukana shetani si ugututumura vyonyene. Imisi yose murasenga: none musengeye umuntu yigenza nabi hanyuma umuco w’Imana ukamumurikira agahinduka, ntimuba mwirukanye shetani? Mutumbereye umuntu yihebuye, mukamuremesha mwisunga Ijambo ry’Imana, akagarukana ukwizera, agashobora n’ukwitura Imana aho kuguma ayidogera yongera ayituka, ntimuba mwirukanye shetani? Mukoze ibikorwa vy’urukundo, hanyuma abantu bakabarabirako, na bo bakiga gukunda, ntimuba mwirukanye shetani? Musengeye canke mukumvikanisha abacanyemwo, ntimuba mwirukanye shetani? Mbere noshobora kugwiza uturorero.
None rero bavukanyi, nitube «abakangashetani» hamwe n’abakangashetani nyene, turi kumwe na Yezu; nitube abigishwa n’abigisha turi kumwe na Yezu, tube abakizwa n’abakiza turi kumwe na Yezu. Nidusabiranire imisi yose.

Ndabipfurije Umusi w’Imana mwiza!

Quatrième dimanche du temps ordinaire, année B : commentaire

LES LECTURES PROPOSÉES POUR CÉLÉBRER LA SAINTE MESSE

  • Deuteronome 18, 15-20
  • Psaume 94, 1-2. 6-7. 8-9
  • 1 Corinthiens 7, 32-35
  • Marc 1, 21-28

COMMENTAIRE

Le Seigneur nous demande d’écouter les prophètes

Umushaha wa Yezu

Chers frères et sœurs dans le Christ,
Nous voici de nouveau pour méditer la Parole que Dieu nous adresse aujourd’hui. Dimanche passé, il nous appelait à la conversion, aujourd’hui, il nous demande d’écouter. Oui, l’écoute est aussi l’un des signes d’une vraie conversion. Si on n’est pas capable d’écouter, c’est que l’amour n’y est pas encore, car celui qui aime écoute. Sans l’amour, il n’y a pas encore de conversion. Voila pourquoi je disais que l’écoute est l’un des signes d’une vraie conversion.
Qui faut-il écouter ? Dans la première lecture, nous avons entendu que Moïse a dit ceci aux Israélites : « Du milieu de toi, du milieu de tes frères, le Seigneur ton Dieu fera que se lève pour toi un prophète comme moi, et c’est lui que vous écouterez. » (Dt. 18, 15). Moïse dit cela après avoir défendu aux Israélites de suivre les coutumes abominables des nations : il ne faut pas faire passer son fils ou sa fille par le feu, il ne faut pas pratiquer les charmes ou la divination, la magie ou la sorcellerie ; il ne faut pas se livrer à la superstition, il ne faut pas consulter les esprits ou les augures et interroger les morts. (Dt. 18, 10-11). Faire tout cela, c’est manquer de confiance en Dieu, c’est chercher à scruter l’avenir au lieu de se laisser guider par Dieu, tandis qu’éviter tout cela, c’est se laisser guider par la main puissante de Dieu. Cela aussi est une certaine conversion. Voyez-vous comment cette Parole est dans la même ligne que celle que nous avons écoutée dimanche passé ? Il faut vivre de la Parole de Dieu que nous tirons des livres sacrés, mais aussi il faut écouter les prophètes par qui Dieu nous parle. Qui sont-ils ?

Le prophète semblable à Moïse 

Moïse a parlé du prophète qui lui est semblable, que l’on devra écouter. Qui est-ce ? En continuant de lire la Bible, il semble que ce prophète désigne toute une série des prophètes qui s’adresseront à Israël au nom de Dieu. Et Dieu donne la garantie à quiconque se poserait la question de savoir quel est le vrai prophète ou le faux prophète. Ce que le prophète dit au nom du Seigneur doit se réaliser. Si cela ne se réalise pas, c’est que c’est un faux prophète. (Dt. 18, 21-22).
Ce prophète semblable à Moïse, c’est aussi, et surtout Jésus-Christ. En effet, celui-ci est désigné à maintes reprises comme le « Nouveau Moïse ». Comme Israël attendait pour plus tard un prophète supérieur à tous les autres, un prophète qui dirigerait le peuple entier comme l’avait fait Moïse, les Juifs pensèrent d’abord que c’était Jean-Baptiste. C’est pourquoi ils lui demandaient : « Es-tu le Prophète ? » (Jn. 1, 21). Mais l’Eglise a déjà compris que le Prophète qui dirige le peuple entier comme Moïse, et même plus que celui-ci, c’est le Christ. Ensuite, le Christ a ensuite en a institué d’autres, à qui il a dit : « Celui qui vous écoute, c’est moi qu’il écoute ; celui qui vous rejette, c’est moi qu’il rejette, et celui qui me rejette, rejette celui qui m’a envoyé. » (Lc. 10, 16). Qui sont-ils ?

Les prophètes dans notre vie quotidienne

D’après l’évangile de Jésus-Christ selon Saint Luc, quand Jésus a dit : « Celui qui vous écoute, c’est moi qu’il écoute ; celui qui vous rejette, c’est moi qu’il rejette, et celui qui me rejette, rejette celui qui m’a envoyé. », il venait de confier une mission, non seulement aux Douze disciples, mais aux autres soixante-douze (ou soixante-dix), tout en disant que les villes qui ne l’ont pas accueilli sont malheureuses. Nous comprenons par là que les prophètes dans notre vie quotidienne, si je peux les appeler ainsi, ce sont non seulement le Magistère de l’Eglise, mais toutes les personnes qui nous parlent de Dieu, qui nous font connaitre la volonté divine. Il y en a parmi nous, dans nos communautés, au travail, à l’école, partout. Sommes-nous disponibles pour les écouter ? À chacun de trouver la réponse. Mais le Seigneur nous a dit que nous devons les écouter, et moi je disais tout-à-l’heure que l’écoute est un signe d’amour. Si donc, nous aimons Dieu, nous devons l’écouter, peu importe le moyen qu’il choisit pour nous parler. Que notre cœur soit tourné vers le Seigneur, qu’il soit sans partage. C’est ce que l’apôtre Saint Paul nous a dit dans la deuxième lecture quand il a dit : « Je vous dis cela, non pour vous tendre un piège, mais pour votre bien, en vue d’une vie plus noble où vous serez totalement unis au Seigneur. » (1 Co. 7, 35).

Jésus-Christ, notre Maître et notre Sauveur

Être totalement uni au Seigneur, c’est un bien pour chacun de nous. En Jésus-Christ, nous reconnaissons notre Maître et notre Sauveur. Il nous délivre de tous les maux, et même des démons. C’est ce que nous avons entendu dans l’évangile : dans la synagogue, « les gens étaient frappés de son enseignement, car il les enseignait avec autorité et non comme les maîtres de la Loi. » (Mc. 1, 21). Les maîtres de la Loi répètent, interprètent et s’appuient sur les opinions de quelqu’un d’autre. De même les autres prophètes ordinaires, quand ils parlent au peuple, commencent par citer celui qui les a envoyés par des formules comme celle-ci : « Ainsi parle le Seigneur… » (Éz. 33, 27). Mais Jésus-Christ affirme que la Parole est sienne : « Mais moi je vous dis… » (Mt. 5, 44). Il a le pouvoir de nous parler ainsi parce qu’il est Dieu, tout ce qui est au Père est à lui, lui-même le dit quand il s’adresse au Père en disant : « tout ce que j’ai t’appartient et tout ce qui est à toi m’appartient. » (Jn. 17, 10). Je pense que nous avons plus à douter cela, autrement je ne vois pas comment une simple personne pourrait s’adresser à Dieu de cette manière là !
Suivons donc Jésus-Christ, notre Maître. Imitons-le, demandons-lui de nous sauver, de nous délivrer des puissances du mal. En agissant ainsi, nous serons en train d’accomplir notre vocation. Avec lui, nous aussi nous chasserons les démons dérangent le monde. Vous allez peut-être réagir en disant que vous n’êtes pas des exorcistes. Mais vous l’êtes ! Voulez-vous savoir si vous êtes des exorcistes qui s’ignorent ? Je vous le dis : tous les jours vous priez. Par votre prière, le Saint-Esprit vient, il réconcilie ceux qui sont divisés quand vous priez pour eux. N’est-ce pas une manière de chasser le démon ? Vous constatez que quelqu’un accumule péché sur péché et vous vous mettez à prier pour lui, un jour il se convertit… N’est-ce pas une manière de chasser le démon ? Vous intercédez pour ceux qui sont affligés et vous les consolez en ranimant en eux l’espérance. N’est-ce pas une manière de chasser le démon ? Quelqu’un se trompe dans son agir et vous lui donnez des conseils, il change d’attitude. N’est-ce pas une manière de chasser le démon ? Je pourrais multiplier les exemples. Mes chers frères et sœurs, soyons donc « exorcistes » avec les exorcistes, soyons aussi « exorcistes » avec Jésus. Mettons-nous à proclamer sa Parole sans peur, c’est là notre mission prophétique. Mettons-nous à écouter ceux  que Dieu nous envoie et nous serons sauvés. Prions les uns pour les autres.

Bon Dimanche !

%d blogueurs aiment cette page :